Pourquoi j’ai refusé une offre de MLM très alléchante?

          Un jour j’ai rencontré Fabrice dans un salon, il vendait des produits de bien-être. A l’époque j’étais déjà dans le MLM et je prenais tout juste conscience du potentiel que présentait ma propre affaire.

          Curieuse de voir ce qui ce passait ailleurs, et de plus, intéressée par les produits, je lui ai demandé de me parler de son opportunité. Deux jours plus tard il me faisait voir comment fonctionne son entreprise.

UNE AFFAIRE TRÈS ATTIRANTE

          Ce que j’avais retenu au premier abord, c’est que le produit principal           s’ achetait en kit de 18 puis il était revendu par les partenaires en kits de démonstration de 3 avec une marge très intéressante. Ce sont des produits à base de plantes et on peut les exposer et les vendre dans n’importe quel endroit (marchés, salons, boutiques..). La démonstration est rapide et simple.

         J’avais dit à Fabrice que j’étais déjà partenaire d’une entreprise de MLM et il m’expliqua en avoir lui-même fait partie et l’avoir quitté pour cent fois mieux. Après coup, je peux dire que je trouve ce genre de réflexion limite déplacée.

          Je pense que lorsque l’on propose son opportunité alors que la personne est déjà dans le MLM, c’est la traiter d’imbécile que de lui dire que la vôtre est la plus merveilleuse du monde comparée à la sienne (sous-entendu: « je précise, au cas où vous ne seriez pas capable d’en juger par vous-même »).

          Bref, l’affaire de Fabrice était très alléchante, il s’agissait d’un système qui paraissait simple, où votre réseau est fondé sur un premier palier avec seulement  deux partenaires.

          Tous les prospects parrainés par la suite doivent être placés sur l’une ou l’autre des 2 branches que l’on doit équilibrer.Les commissions étaient versées chaque semaine mais j’avoue ne pas avoir compris tout le système de rémunération.

OUI MAIS….

          Après quelques jours de réflexion et après avoir exploré le site, je rappelai Fabrice pour lui soumettre quelques questions qui m’avaient traversé l’esprit:

Question 1: « Les partenaires ont-ils un statut? »

Réponse : « Non c’est inutile, en dessous d’un certain chiffre d’affaire ce n’est pas obligatoire. Après, on peut prendre un statut d’auto-entrepreneur ».

Question 2 : « La société a-t-elle une entreprise comptable pour nous fournir des relevés trimestriels de revenus et nous aider à les déclarer? »

Réponse : « Non pas de comptable pour le moment. Personnellement, je ne les déclare pas, ça met du beurre dans les épinards et quand j’aurai atteint le seuil je me déclarerai comme auto-entrepreneur ».

Question 3 : Pourquoi les commissions sont elles versées en dollar et sur un compte que la société ouvre pour nous à l’étranger?

Réponse :« La compagnie est américaine, elle est implantée en France depuis seulement 2 ans et elle est en cours de réflexion sur son évolution concernant le versement des commissions ».

Question 4: « Mais tout ceci est-il bien légal? »

Réponse: « Bien sûr! L’entreprise a pignon sur rue en Amérique et est parfaitement légale. Il ne faut pas se poser autant de questions. Ce qui compte c’est d’aider les gens avec des produits qui les soulagent ».

MA réponse: « Merci et adieu. Le jour où je serai interdite d’exercer et sans ressource j’aimerais bien savoir qui va m’aider!  »

          N’en déplaise à Fabrice j’aime me poser des questions et même s’il faut parfois prendre des risques dans la vie je reste prudente!

CE QUE J’EN PENSE:

           Le manque d’encadrement d’une entreprise de MLM, qui n’offre ni statut ni soutien comptable concernant les déclarations obligatoires, invite à se poser la question de la légalité. Et encore plus lorsque l’on vous verse des commissions sur un compte à l’étranger.

          La loi en France n’est certainement pas la même qu’en Amérique, cependant toute entreprise qui s’y implante est dans l’obligation de s’adapter. Il me semble bien plus rassurant pour vous-même de savoir que vous avez un statut et pour vos clients qu’ils sont protégés par la loi. Être livré à soi-même peut amener, à mon avis, à faire n’importe quoi.

          Pour moi, avoir pignon sur rue, c’est avoir un site qui vous parle en priorité de la société, ses dirigeants, son implantation, son évolution, son plan marketing,  ses produits, ses valeurs. Lorsque vous êtes partenaire, pouvoir communiquer avec la société par téléphone ou mail pour obtenir des renseignements complémentaires ou des conseils est une valeur sûre.

CONCLUSION:        

          J’ai compris par la suite, au fil de mes lectures, que cette entreprise de marketing de réseau, légale ou non s’appelle « système binaire » (par le fait d’avoir uniquement 2 partenaires au premier palier) et que ce genre de système procure généralement des gains rapides mais rarement durables.

          La rémunération étant basée sur les revenus que fait l’entreprise à chacun des achats de vos partenaires, le fait de n’en avoir que 2 au premier niveau, risque de mener à  un épuisement du budget qui sert à payer vos commissions.

          A mon avis, un plan marketing qui vous permet de recruter autant de partenaires que vous pourrez sur votre premier palier est forcément beaucoup plus stable.

          Avant de vous lancer, vérifiez le sérieux de l’entreprise et si quelque chose n’est pas clair, abstenez-vous, même si les produits sont formidables.

Bon démarrage dans le marketing relationnel!

Evelyne Berrué

 

 

 

    .     

 

 

 

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

CommentLuv badge